Le Bourg et l’Atelier Sociologie du combat syndical

Pourquoi et comment des ouvriers continuent à se syndiquer et à militer malgré la force des processus favorisant leur exclusion politique ?

couv_3042On veut bien travailler, mais au bout d’un moment, quand tu vois que tu passes beaucoup de temps à faire des tracts, des papiers pour tout le monde, pour expliquer telle ou telle chose, et qu’en fin de compte le patron te casse la gueule et que ça sert à rien… Tu as beau faire ce que tu veux, avoir des camarades qui te disent : « Allez vas-y ! Ne t’inquiète pas : ça va payer ! »… Au bout d’un moment, tu es démoralisé, tu les as là.
La culture cheminote, c’est ça qu’ils essaient de casser aujourd’hui : des valeurs de solidarité. C’est une société de plus en plus individualiste. Tout le monde fait les constats, tout le monde dit : « On a le pouvoir d’achat qui baisse. » On est tous d’accord globalement, mais entre faire le constat et emmener les gens dans l’action, il y a de la marge. Alors peut-être qu’un jour, il y aura un déclic. Je ne sais pas. Des fois, je ne sais pas ce qu’il faut pour qu’il y ait ce déclic. Continuer la lecture de « Le Bourg et l’Atelier Sociologie du combat syndical »

Des 1er mai de la fin du 19ème siècle à ceux du 21ème siècle : une même nécessité de luttes.

220px-le_petit_parisienL’histoire du 1er mai est marquée par une série de luttes pour imposer une amélioration des conditions de travail notamment par la réduction de la durée du travail. Dès 1884, les principaux syndicats ouvriers des États-Unis s’étaient donné pour objectif d’imposer aux patrons une limitation de la journée de travail à huit heures. Ils avaient choisi de débuter leur action un 1er mai parce que beaucoup d’entreprises américaines entamaient ce jour-là leur année comptable. L’histoire du 1er mai est directement liée à l’histoire des luttes pour réduire la pression du travail et obtenir des conditions de vie décentes. Dès le 1er mai 1890, des ouvriers font grève et défilent, un triangle rouge à la boutonnière pour symboliser le partage de la journée en trois (travail, sommeil, loisir). Continuer la lecture de « Des 1er mai de la fin du 19ème siècle à ceux du 21ème siècle : une même nécessité de luttes. »

FICHE N° 13
Lien de subordination et représentation du personnel

L’organisation capitaliste du travail est caractérisée par le lien de subordination qui existe entre l’employé et le patron. Dans le droit du travail, « Le lien de subordination est caractérisé par l’exécution d’un  travail sous l’autorité de l’employeur qui a le pouvoir de donner des ordres et des directives, d’en contrôler l’exécution et de sanctionner les manquements de son subordonné». Seule restriction depuis 2002, en contrepartie du contrat de travail qui implique ce lien de subordination, l’obligation de sécurité de résultat imposée à l’employeur.

Dans la fonction publique, les règles ne sont pas très différentes « Tout  fonctionnaire, quel que soit son rang dans la hiérarchie, est responsable de l’exécution des tâches qui lui sont confiées. Il doit se conformer aux instructions de son supérieur hiérarchique, sauf dans le cas où l’ordre donné est manifestement illégal et de nature à compromettre gravement un intérêt public. » On parle le plus souvent de « devoirs d’obéissance ». Continuer la lecture de « FICHE N° 13
Lien de subordination et représentation du personnel »

La nouvelle revue du travail, 4-2014

nrtSanté au travail : regards sociologiques

La santé au travail fait l’objet d’un intérêt renouvelé dans l’espace public, avec la dégradation des indicateurs de la santé au travail, les  transformations des expressions des pénibilités du travail, ainsi qu’avec la crise et les recompositions du système institué de santé au travail. Ce Corpus témoigne de l’apport du regard sociologique à la compréhension des dimensions sociales de ces phénomènes, trop souvent laissées dans l’ombre par les autres disciplines. Continuer la lecture de « La nouvelle revue du travail, 4-2014 »

Sociologie du conflit en entreprise par Christian Thuderoz

1402491996Comment penser sociologiquement les conflits en entreprise ? Comment les comprendre, dans leur diversité et leur expressivité ? Comment résoudre ou réguler ces conflits quand ils expriment des intérêts divergents, des valeurs différentes ou des options discordantes ? S’inspirant des analyses de Georg Simmel et s’inscrivant dans l’analyse stratégique et la théorie de la régulation sociale, cet ouvrage propose une synthèse didactique du conflit en entreprise. Continuer la lecture de « Sociologie du conflit en entreprise par Christian Thuderoz »

La revue dessinée – n°4 été 2014

n4La Revue Dessinée est un magazine trimestriel, numérique et papier, de reportages, documentaires et chroniques en bande dessinée. Tous les trois mois, ce sont 228 pages d’informations dessinées qui vous sont proposées, sur tablette ou en librairie.

L’idée de La Revue Dessinée, est due au dessinateur Franck Bourgeron qui, à l’automne 2011, contacte
quelques-uns de ses amis auteurs de bande dessinée pour leur proposer de se prendre en main.

Continuer la lecture de « La revue dessinée – n°4 été 2014 »

Un patron peut en cacher un autre

nicolas-jouninNicolas Jounin,

Maître de conférence en sociologie à l’université Paris VIII,

auteur de «Chantier interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment », Paris, Éditions La Découverte, collection “Textes à l’appui /enquête de terrain”

Continuer la lecture de « Un patron peut en cacher un autre »

Et voilà le travail dans le Var !

et-voila-le-travail-couluerDans un contexte économique lié aux impératifs du capitalisme financier et de l’austérité, les salariés subissent chaque jour un peu plus les conséquences d’une mutation de l’organisation du travail, il appartient aux organisations syndicales de prendre en charge cette question de la santé au travail. C’est pourquoi l’Union syndicale Solidaires du Var a organisé un stage « Et voilà le travail » les 15 et 16 mai comme il en a déjà été organisé dans un grand nombre de départements. Continuer la lecture de « Et voilà le travail dans le Var ! »

Une pyramide de « mallettes du mal-être »

50-sud-ctDepuis 4 ans, les agents du Conseil général d’Ille-et-Vilaine se débattent entre des réorganisations de services permanentes, une tension sur les effectifs amenant à travailler toujours plus avec moins de moyens, la perte de sens du travail et une pression sur les agents accrue par la multiplication des strates hiérarchiques et de pratiques managériales infantilisantes. La souffrance au travail gagne la plupart des services et s’accentue chaque jour avec des symptômes individuels (fatigue, troubles du sommeil, douleurs…) mais aussi collectifs (concurrence entre équipes ou agents, absentéisme, perte de formes de solidarité au travail), qui se répercutent sur le service rendu. Continuer la lecture de « Une pyramide de « mallettes du mal-être » »

La médecine du travail en danger ?

Depuis quelques mois, les employeurs multiplient les actions auprès du conseil de l’ordre des médecins. Ces attaques se situent dans un contexte de dégradation de la santé des travailleurs-ses, et contribuent à l’emballement sans limite du système de domination dans le travail : quand la mise en danger de la médecine du travail met en danger la santé des travailleurs-ses. Continuer la lecture de « La médecine du travail en danger ? »