Criminels de guerre… sociale

Audience du 24 juin vue par Denis Perais, syndicaliste à SUD Intérieur


Ce 24 juin 2022, c’est l’heure des réquisitions du ministère public incarné pour l’occasion par Yves Micolet et Valérie De Saint-Félix. Plus de sept heures au total, simplement interrompues d’une pause de… vingt minutes.

Il fallait par conséquent être en bonne forme physique et mentale pour affronter cette course d’endurance correspondant à l’équivalent de trois marathons dans la même journée (pour les meilleurs de la spécialité).

Et visiblement Yves Micolet l’était. Lui qui répondra dans un rare moment de légèreté à la présidente qui commençait [un peu] à s’impatienter de la longueur de son réquisitoire : « Je fais 60 kilomètres à vélo toutes les semaines pour me préparer ». Pour le « Tour de France » ? Continuer la lecture de « Criminels de guerre… sociale »

« A-t-on déjà trainé Dieu devant les tribunaux ? »

Audience du 23 juin, vue par Thibault Sartori, metteur en scène et acteur.


L’audience n’a pas encore commencé. J’attends assis au milieu des bancs. Autour de moi, on s’agite un peu, on se prépare. Il y a des avocats qui boutonnent leur robe, d’autres qui vérifient leurs mails et des personnes des parties civiles qui discutent entre elles. Il y a une ambiance qui ressemble à un de ces désordres auquel des étudiants participent volontiers avant que le professeur ou une quelconque figure d’autorité ne fasse son apparition.  Continuer la lecture de « « A-t-on déjà trainé Dieu devant les tribunaux ? » »

Du mépris managérial

Journée du 22 juin, plaidoiries des parties civiles vue par Romain Pudal, sociologue.


La journée du 22 juin était consacrée aux plaidoiries des parties civiles. Se sont donc succédées les avocates exposant chacune (je n’ai assisté qu’à des plaidoiries d’avocates en l’occurrence) avec un angle d’attaque spécifique et en fonction des parties civiles représentées son analyse du dossier France Télécom et demandant in fine et sans le moindre doute possible, la confirmation en appel de la première condamnation. Au-delà de l’émotion qui parcourt régulièrement la salle à l’écoute des souffrances endurées, face aux familles, collègues ou ami-e-s endeuillé-e-s et plus encore que l’argumentation juridique, rigoureuse, documentée, implacable, ce qui m’a frappé, c’est la récurrence des mêmes questions… des questions qui hantent la salle, les couloirs, les conversations et probablement les consciences et les mémoires. (Jusqu’où) savaient-ils ce qu’ils faisaient ? L’ont-ils fait sciemment ou non ? Comment ont-ils pu ignorer les multiples alertes ? Comment ont-ils pu ne pas entendre et ne pas voir ? En sociologue, on s’intéresse souvent aux conditions de possibilité de tel ou tel phénomène et c’est donc ainsi que je vais tenter de proposer des pistes d’interprétation. Continuer la lecture de « Du mépris managérial »

Bonhomie monstre.

Audience vue par Barthélémy Bette, sociologue et auteur de fiction, écrit actuellement une thèse sur des pratiques artistiques se mettant en relation avec les mondes du travail.


Aujourd’hui ce sont les avocats des parties civiles qui vont s’exprimer. Elles vont à nouveau décrire dans les grandes lignes les agissements des dirigeants de France Télécom. Une sorte de synthèse du premier procès. Maître Sylvie Topaloff, la première à intervenir, exprimera la lassitude qu’il y a à répéter les mêmes choses depuis treize ans face à tant de déni – de dénégation bien consciente précisera ensuite Maître Frédéric Benoist. Comme s’il fallait répéter à l’infini ce ce qu’ils n’accepteront jamais d’entendre. Une surdité à rendre fou, au point que les victimes, les familles des suicidés, n’attendent plus rien des prévenus, alors que c’est généralement le cas même dans les affaires les plus sordides, qui concernent des personnalités dont on peut légitimement désespérer. Tout au plus l’un des mis en cause – Nathalie Boulanger pour ne pas la citer – a su reconnaître une « responsabilité morale », rien de plus. Surtout pas de responsabilité juridique, uniquement l’expression d’une bonne conscience sur le mode de l’apologétique chrétienne. Malgré tout ce jour-là plusieurs plaidoiries vont lui savoir gré de cette timide repentance, comme s’il fallait se raccrocher à quelques traces d’humanité pour ne pas vaciller. Insistance qui révèle en creux l’indécence de la défense des autres prévenus… Continuer la lecture de « Bonhomie monstre. »