Devoir de vigilance : sans surprise, le Sénat dénature la proposition de loi

h73iDébattue en deuxième lecture au Sénat le 13 octobre 2016, la proposition de loi sur le devoir de vigilance des multinationales a été adoptée… mais dans une version qui dénature le texte initial et le réduit à une simple recommandation de « reporting » extra-financier.

Continuer la lecture de « Devoir de vigilance : sans surprise, le Sénat dénature la proposition de loi »

Transnational social strike : un réseau européen sur le travail à Paris et Saint Denis

ts-9Le réseau TSS existe maintenant depuis trois ans, il s’est construit dans  les centres sociaux en Italie, en lien avec blockupy à Francfort. Il contribue à construire des liens directs entre syndicalistes : c’est ce qu’il a fait en réunissant cette fois-ci des syndicalistes de Pologne, d’Allemagne et de France travaillant à Amazon et dans d’autres secteurs des plateformes logistiques. Continuer la lecture de « Transnational social strike : un réseau européen sur le travail à Paris et Saint Denis »

La commission européenne au banc des accusés

Perturbateurs endocriniens : la commission européenne condamnée pour inaction
Dans un arrêt du 16 décembre 2015, le tribunal de l’union européenne¹ a condamné la commission européenne pour n’avoir pas respecté ses engagements de donner une définition scientifique des perturbateurs endocriniens. Continuer la lecture de « La commission européenne au banc des accusés »

Le Collectif éthique sur l’étiquette lance la campagne « Anti—jeu » et un rapport sur les impacts sociaux du modèle économique de Nike, Adidas et puma

h73iSortie du rapport « Anti-jeu. Les sponsors laissent les travailleurs sur la touche » ou les mauvais choix pour les droits humains du modèle économique des équipementiers sportifs.

  • 0,6 centimes dévolus au salaire des ouvriers de la confection pour la fabrication du maillot de l’équipe d’Allemagne vendu 85 euros, pour un bénéfice net de 24,3 euros pour Adidas;
  • Un doublement des dividendes pour Nike depuis 2010 et un doublement de ses ventes en 10 ans ;
  • Une augmentation de l’investissement dans le sponsoring qui aurait permis à plus de 165 000 travailleurs vietnamiens et 110 000 travailleurs indonésiens de recevoir un salaire vital;
  • Un modèle « target costing » d’optimisation des coûts de production poussé à outrance qui confine les salaires des ouvriers à une simple variable d’ajustement ;
  • Un désinvestissement progressif de la Chine, dont les salaires minimum rejoignent désormais des niveaux décents, vers des pays offrant une main d’œuvre bradée, malgré des performances économiques saluées.

Continuer la lecture de « Le Collectif éthique sur l’étiquette lance la campagne « Anti—jeu » et un rapport sur les impacts sociaux du modèle économique de Nike, Adidas et puma »

Les cancers de l’électronique

C’est également en Asie et dans un contexte d’extrême exploitation que se situe l’essentiel de l’industrie des semi-conducteurs, composants électroniques dédiés aux smartphones et autres téléphones portables, au profit des plus grands groupes comme Apple et Samsung1. L’ONG China Labor Watch constate et dénonce ainsi depuis des années l’absence de contrats de travail pour un grand nombre de salariés, des amplitudes horaire démesurées, des heures non payées mais également le travail d’enfants de moins de 16 ans2. La santé des travailleurs est également gravement compromise par le recours important aux produits chimiques. Continuer la lecture de « Les cancers de l’électronique »

Sous-traitance au Bangladesh : derrière l’étiquette

Usine Beximco, Gazipur.  Cette usine est une des plus grandes du Bangladesh. Avec une production de plus de 50 000 jeans par jour. Parmi les clients de cette usine, on compte ZARA, H&M, Kiabi...
Usine Beximco, Gazipur.
Cette usine est une des plus grandes du Bangladesh. Avec une production de plus de 50 000 jeans par jour. Parmi les clients de cette usine, on compte ZARA, H&M, Kiabi…

En 2013, l’effondrement du Rana Plaza faisait 1 135 morts et des milliers de blessés au Bangladesh. Depuis, le deuxième exportateur mondial de vêtements avec ses 4 000 usines de confection, qui représentent 80 % de ses exportations, a engagé un lent processus de mise aux normes. Pour quels résultats ? Continuer la lecture de « Sous-traitance au Bangladesh : derrière l’étiquette »